LILLE- PROJET D'AMÉNAGEMENT "SAINT-SAUVEUR" DÉCLARATION DE PROJET VALANT MISE EN COMPATIBILITÉ DU PLAN LOCAL D'URBANISME

Ouvert le 20/03/2018 à 09 heures par le commissaire enqueteur , ce registre est clos depuis le 20/04/2018 à 17 heures

CONTRIBUTION

482 - Anonyme - 19/04/2018 17h19 - Registre numérique
opposition au projet Saint Sauveur
Les sujets du dérèglement climatique, du vivre ensemble et des alternatives citoyennes que je connais relativement bien professionnellement m'amènent à me positionner contre ce projet.

1) ces hectares sont une (sinon "la dernière") occasion sur Lille de préserver une zone non minérale et de lutter contre les îlots de chaleur. Je ne reviens pas sur l'argument (pourtant fondamental et tellement évident) du nombre de m2/habitant (incluant les cimetières : toujours très sympa comme espace vert pour un pic-nic le dimanche en famille avec mamie) mais l'habitat devrait être considéré au niveau communautaire et non purement Lillois intramuros. Idem les surfaces de bureau. Où sont les engagements de m2 à végétaliser en façade ou en toiture ? ou sont les objectifs de mettre chaque Lillois à moins de x mètres d'un parc comme ...à Paris ?

2) sur le vivre ensemble, je ne considère pas les concertations comme probante. Qu'est-il advenu de l'opération MEL "je carticipe" où la zone St Sauveur était la plus commentée pour en faire une zone non urbanisée ou du moins raisonnée.

De même qu'une ville ne doit pas oublier les piétons au profit de la voiture, une ville doit être pensée pour la qualité de vie et non pour atteindre un nombre de logements. Une fois dans nos clapiers, on pourra toujours rêver de nature.

3) sur les alternatives citoyennes, je pense que pour une ville historiquement pionnière sur la démocratie participative, le compte n'y est pas. Certes la procédure est sans doute respectée mais sur le fond les décisions sont prises en amont des concertations. Les habitants sont des êtres de plus en plus éduqués et conscient des supercheries. Se faire craindre est une chose. Se faire respecter en est une autre. C'est ainsi qu'on gouverne sur le long terme. Mais qui se soucie encore du long terme du moment que les promoteurs prospèrent ?

A quoi sert de loger des gens si ça n'est pas pour leur assurer un habitat véritablement bénéfique ?

A quoi sert de bétonner des sols quand le véritable enjeu est de lutter contre leur artificialisation ?

Qui connait encore le sens et les piliers du développement durable à défaut d'en parler comme d'autres font du greenwashing (Lille Capitale Verte) ?

Qui porte encore les valeurs humaines à défaut d'être monétisables ?

Bref, bourreau, faites votre office... (voir pièce jointe)