ZAC du "cluster des Médias" - Procédure d'autorisation environnementale - Participation du public par voie électronique

Ouvert le 10/06/2020 à 00 heure, ce registre est clos depuis le 12/07/2020 à minuit

Veuillez patienter ... Chargement des contributions

Contribution 57

57 - Bruno Desloques - Le Bourget - 10/07/2020 15h17 - Registre numérique
 1 réponse
A l’attention de Mme DENIS-DINTILHAC et M. LAURE

Garants nommés par la CNDP

244 boulevard Saint-Germain

75007 PARIS

Paris, le 08 juillet 2020

Objet : observations de Viparis sur le devenir de la RD50

Madame, Monsieur,

L’année dernière encore, Paris a été considérée comme la première des destinations mondiales pour l’organisation de congrès internationaux, selon le classement publié par l’International Congress and Convention Association et qui positionne, chaque année, la capitale française en 1ère ou 2ème position depuis 2011.

Une des conséquences directes de cette attractivité internationale sur le territoire est notamment économique. L’accueil de congrès-expositions en Île-de-France génère 5,5 milliards d’euros de retombées économiques annuelles directes ou indirectes pour la région, soit, chaque année, l’équivalent des retombées économiques attendues pour la seule édition des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.

Comme vous le savez, le Parc des Expositions de Paris Le Bourget, exploité par Viparis, est un outil majeur d’accueil des salons nationaux et internationaux et du rayonnement du tourisme d’affaires pour l’Ile-de-France. Paris Le Bourget accueille une vingtaine de manifestations par an, au premier rang desquelles le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace (SIAE) dont l’édition 2019 a rassemblé près de 320 000 visiteurs, de 2500 exposants de 50 pays pour un volume d’affaires de 140 milliards d’euros. D’autres événements ponctuels, à l’instar de la COP 21, ou récurrents tels que Texworld ou Salon des Véhicules de Loisirs animent chaque année Paris Le Bourget.

Or, ces événements nécessitent un cadre logistique le plus simple et le plus fluide possible afin de ne pas générer de nuisances localement au risque de fragiliser l’attractivité de Paris Le Bourget.

Nous avons lu avec attention les contours du projet au sein de l’Evaluation Environnementale de la ZAC Clusters des Médias actualisée le 16 octobre 2019 par la SOLIDEO. Par la présente, nous souhaitons vous faire part de nos observations sur ce projet et attirer votre attention sur le point majeur qui nous encourage à réagir aujourd’hui, à l’aune de l’analyse des risques que l’impact d’un projet pérenne de réduction des voies de circulation de la RD50 peut faire porter sur le Parc des Expositions de Paris Le Bourget et son environnement.

Impact sur la qualité de vie des riverains

Lors de la réunion publique tenue le 16 avril 2019 dans le cadre de la Concertation sur le projet de démolition-reconstruction du Hall 3 du Parc des Expositions de Paris Le Bourget, certains riverains du Parc des Expositions de Paris Le Bourget ont fait part de leur inquiétude quant à la fluidité du trafic de la zone à l’issue des projets de la ZAC Clusters des Médias et du Hall 3.

Selon notre compréhension des études de trafic réalisées dans le cadre de l’Evaluation Environnementale de la ZAC Clusters des Médias hors période d’activité du Parc des Expositions de Paris Le Bourget, la réduction du profil de la RD50 va générer des retenues de véhicules importantes jusqu’au carrefour de la Comète impactant directement la RD 51 elle-même très empruntée aux heures de pointes.

Nous souhaiterions que l’étude de trafic puisse être actualisée en intégrant les flux des principaux évènements récurrents accueillis au Parc des Expositions de Paris Le Bourget de manière à avoir une vision plus exhaustive du trafic projeté et ainsi revoir les contours du projet de réaménagement de la RD50 en conséquences.

Impact sur l’exploitation du Parc des Expositions de Paris Le Bourget

Alors que le réseau viaire existant et les aménagements urbains doivent déjà absorber des flux importants lorsque se tiennent des événements, ainsi que pendant leurs phases de montage et de démontage, le projet de réduction de la RD50 de 2x2 voies à 2x1 voies va impacter lourdement sa capacité et dégrader les accès au Parc des Expositions de Paris Le Bourget, pouvant ainsi mettre en péril la bonne organisation des manifestations. A titre d’exemple, le SIAE attire jusqu’à 12 000 véhicules par jour.

Cette nouvelle contrainte fera peser un risque très fort sur l’attractivité du parc des expositions de Paris Le Bourget, les organisateurs pouvant choisir d’autres lieux moins contraints en Ile-de-France ou à l’étranger notamment.

Aussi, nous regretterions que l’activité du parc des expositions ne soit pas prise en considération dans le cadre des réflexions menées sur le projet d’aménagement de la RD50.

Nous resterons attentifs aux délibérations du Conseil Départemental liées à ce projet ainsi qu’au suivi du chantier, impactant pour notre activité.

En conclusion, au vu de ces éléments, je serais heureux, Madame, Monsieur, que vous acceptiez de considérer nos remarques afin que puisse être envisagé, avec l’ensemble des acteurs du projet, les solutions permettant à la fois l’aménagement paysager du territoire et son développement économique en reconsidérant la réduction pérenne du profil de la RD50.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.

Pablo Nakhle Cerruti

Directeur Général

Bonjour,


Nous vous remercions pour votre contribution.

 

La RD50 requalifiée en boulevard urbain et un projet qui encourage les mobilités actives, alternatives à la voiture particulière

Tout d’abord, les études de circulation réalisées dans le cadre du projet relèvent un impact assez limité sur la circulation générale, avec une augmentation maximale de la demande de 100 à 150 voitures particulières par heure sur la RD50 et la RD114 permettant l’accès au futur Village des médias.

 

Par ailleurs, la RD50 sera réaménagée en boulevard urbain à 2x1 voies dans la section au sein du projet entre le rond-point de la Luzernière et le rond-point de la Pigeonnière, ce qui permettra via des aménagements spécifique (pistes cyclables, sites propres bus, cheminements piétons) d’améliorer les conditions au développement des mobilités alternatives Les études de trafic ont confirmé la possibilité de réaliser cette réduction de capacité sans risque de dysfonctionnement. Pour en savoir plus vous pouvez lire la pièce 4.2 « Etude d’impact », chapitre D, partie 4.2 « Les déplacements ».

 

Le reprofilage à 2x1 voies de la RD50 comme boulevard urbain d’entrée de ville de Dugny est également dimensionné pour permettre le passage de convois exceptionnels de 3ème  catégorie, ce qui n’obère donc aucunement l’approvisionnement logistique du Parc des Expositions. Ce dimensionnement a fait l’objet d’échanges avec le Bureau des Transports Réglementés de la DRIEA qui nous a transmis les caractéristiques maximales des convois exceptionnels empruntant la RD50 sur la section du projet (sur la base de dossiers déposés auprès de la DRIEA entre 2016 et 2020).

De plus, le Village des médias est situé proximité de lignes de transports structurantes : il est à moins de 10 minutes à pied de la Gare du tramway T11 « Dugny-La Courneuve », et à proximité de la future gare du Grand Paris Express « Le Bourget Aéroport » (ligne 17) avec 25 000 voyageurs prévus par jour (societedugrandparis.fr). Via le tramway T11 ou à 10 minutes à vélo, la gare RER B (T11 et futures lignes 16 et 17) Le Bourget reste également très accessible. Cette offre de transport est une alternative à la voiture particulière pour les habitants actuels et futurs de Dugny. De plus, les équipements de tous les jours : école, crèche, gymnase seront accessibles à pied ainsi qu’un pôle de commerces de proximité.

Le projet du Cluster des médias vise à encourager le recours aux transports en communs et aux modes doux (piétons, cycles…).

 

Très cordialement,

La SOLIDEO.

SOLIDEO, réponse publiée le lundi 03 août 2020

 Précédent Suivant